Il y a deux semaines, avait lieu dans la région de Toulouse une compétition avec un format original en Team de 4 : les Nation Of WOD, sponsorisés par Compex. La Blonde a eu l’occasion d’y passer le weekend et d’assister à ce show, où plus de 90 équipes se sont affrontées lors de pas moins de 8 wods répartis sur trois jours.

teamworks

Le principal attrait de cette compétition était le format original en Team de 4, deux hommes deux femmes, qui a donné lieu à des compositions intéressantes. Compex avait monté et sponsorisé sa propre équipe, créant une Team de machines, la Team CATIWILEX : Carole Castellani, Tina Moeglin, Willy Georges, Alexandre Jolivet. Chacun étant déjà un athlète individuel hors normes, la combinaison des quatre a donné une équipe indestructible, qui a survolé sans surprise la compétition et fini sur la première marche du podium. Deux équipes cependant les ont talonné de près et leur ont donné du fil à retordre : la Team BigMac (composée de Jessica Vetter, Alizée Andréani, Guillaume Magnouat et son cousin Mathieu Ochoa) qui fini 3ème, et la Team espagnole The Unit (7ème aux Meridian Regionals cette année) qui fini 2ème overall. Juste derrière, en 4ème place les Voyous de Galiléô avec Marie-Émilie Montagut.

Retours sur les moments forts de ce weekend toulousain :

« le Choc des Titans »

La compétition a commencé sur les chapeaux de roues dès le vendredi soir avec un Team Murph revisité. Un wod qui annonce la couleur pour la suite : tout sera une question de stratégie au sein de la Team pour savoir qui fait quoi en fonction des forces et faiblesses de chacun, tout en essayant de perdre le moins de temps possible lors de transitions. Grâce à lui et ses quelques 200 squats en plus du Run et des DU, la plupart des athlètes avaient déjà les jambes en compote pour le reste du weekend (il paraît que certains commencent tout juste à s’en remettre 😉 ). Une bonne raison d’user et abuser des bienfaits des Compex, mis à disposition par la marque dans la zone de récupération réservée aux compétiteurs, et des massages dispensés sur place par les kinésithérapeutes bénévoles.

recovery zone
Compex Recovery Zone

TheUnit et les BigMac finissent juste sous la barre des 30 minutes, larges par rapport au Cap Time de 45 minutes, talonnés par Catiwilex et les « 4 Pas Fantastiques » (composés de Louise Retailleau, Alice Darlas, Alex Cavanna et Adrien Rodriguez de CrossFit Muret).

4pasfantastiques
Les 4 Pas Fantastiques

Le lendemain matin, samedi, on entre directement dans le vif du sujet avec un AMRAP 14′ à faire en binôme, à base de rameur, sauts par dessus la box et ascensions de corde. Cette fois c’est Catiwilex qui prend sa revanche sur la veille et fini premier, à un cheveu près (TheUnit et BigMac sont juste derrière ex aequo avec seulement une rep de moins !). En 4ème position on retrouve les Voyous de Galiléô.

Pour le WOD 3, le deuxième de la journée, retour en extérieur avec à nouveau de la course mais cette fois-ci sous forme de Sprints incluant des sauts de haies. Une épreuve inspirée de l’athlé qui sort de l’ordinaire pour tester la vitesse et l’explosivité.

Catiwilex, BigMac, TheUnit finissent le relai à quelques secondes d’intervalles, suivis par une belle surprise : « Les Apprentis« , qui signent leur meilleure performance du weekend.

les apprentis
Team « Les Apprentis » alias Les Sprinters

Les athlètes ont enchaîné ensuite avec un FRAN revisité pour le WOD 4 « Fran’cia Land », avec un accessoire qui a posé problème à beaucoup d’équipes qui n’y avaient jamais été confrontées auparavant, le WORM, un sandbag géant. Au programme des ground-to-overhead réalisés à 4 avec le sandbag, des thrusters synchro en binôme, et des pull-ups qui deviennent chest-to-bar au deuxième tour, puis muscle-up-bar au troisième.

WOD 5, le 4ème de la journée, on est déjà le soir, un complexe d’haltérophilie à l’arraché, avec trois snatchs à faire en synchro par binôme 1 homme/1 femme, avec un temps très serré de seulement 2 minutes pour faire passer les deux binômes, ce qui n’autorise qu’une ou deux tentatives maximum. Le choix du poids est donc très judicieux, beaucoup ont préféré assurer une barre loin de leur 1RM pour ne pas risquer le no rep.

C’est la somme des poids cumulés par les 4 athlètes de l’équipe qui sert de score. Trois teams dépassent la barre des 300kg : Catiwilex 330kg, BigMac 312,5kg, TheUnit 307,5kg. Les autres équipes suivent, avec quelques dizaines de kilos de différence quand même : Les Voyous de Galiéô 272,5kg, Principium 265kg, les 4 Pas Fantastiques 260kg.

wod5-complex-snatch

alizee-snatch
Alizée Andréani sur le WOD 5

Le wod 5 est en réalité divisé en plusieurs parties, le complexe Snatch servant de barrage : les 54 premières équipes du classement sur cette première partie sont sélectionnées pour la demi-finale. Il s’agit d’un ladder Ground-to-Overhead, c’est-à-dire une succession de barres à soulever du sol jusqu’au dessus de la tête, dont la charge augmente. Les 24 premières équipes du classement de la demi-finale s’affrontent ensuite en finale sur le même ladder mais avec des charges plus lourdes.

On assiste à un superbe sprint pour les teams élite en demi-finale, Catiwilex, BigMac et TheUnit finissent aux coudes-à-coudes en 40″, 43″ et 46″ respectivement.

En finale, seules Catiwilex et TheUnit parviennent à finir le ladder avant le CapTime de 2minutes : 46″ et 55″. Une démonstration de force et d’explosivité impressionnante pour terminer cette deuxième journée de compétition !

team-spirit
Team Spirit

Dimanche matin, le réveil a piqué pour beaucoup, la plupart des athlètes ont juste mal partout, mais ils vont devoir se battre encore sur trois wods avant d’en avoir terminé. Petite particularité sur cette compétition : pas de cut avant la finale, toutes les Teams y participent. Leur classement leur donne un « grade » (Elite, Rx ou Intermédiaire) qui détermine les options et variations du wod, mais c’est bien le même pour tout le monde.

On attaque la journée avec le WOD 6 « LIFT PUSH PUSH » avec ses fameuses fatbar chargées à 230kg. Une fois encore tout va être une question de stratégie puisque la répartition de toutes les reps est libre entre hommes et femmes de la Team pour les deadlifts avec la Fatbar (à 3) et les HSPU. En revanche, pour les burpees, c’est les 4 membres de l’équipe qui les font en même temps, et les sauts synchronisés au-dessus de la fatbar donnent de belles chorégraphies une fois la machine bien rodée.

Sans surprise, les mastodontes Catiwilex finissent en tête, suivis de près par les BigMac, qui mettent une minute d’écart à TheUnit et les Voyous de Galiléô, notamment grâce à la vitesse fulgurante avec laquelle Alizée Andréani enchaîne les HSPU unbroken. Une fusée à ressorts !

On arrive à l’avant-dernier wod, et pas des moindres, le « Synchro Synchro »: un amrap de 12 minutes avec des séries de 7 snatches synchro et 14 toes-to-bar synchro, avec à chaque fois un binôme homme/femme qui travaille synchronisé tandis que l’autre binôme récupère. La majorité des équipes a choisi ses deux binômes avant le wod, et les binômes alternent ensuite pendant le wod mais sans intervertir entre les teammates. C’est une stratégie qui a payé pour la Team BigMac qui remporte l’event (ex-aequo avec TheUnit) avec ses binômes Jessica Vetter-Mathieu Ochoa d’un côté et Alizée Andréani-Guillaume Magnouat de l’autre. Une vraie épreuve pour le grip !

Dernier wod du weekend, la tant attendue Finale. 3 versions pour ce wod en fonction de la catégorie, déterminée par le classement au wod précédent. En Elite, c’est Muscle-ups en Synchro avec un athlète sur la barre, l’autre sur les rings. En Rx, chaque équipe a le choix en début de wod entre 5 MU bar synchro ou 15 chest-to-bar synchro. En intermédiaire, il y a aussi la possibilité de faire 15 pull-ups. Le poids des Cleans augmente à chaque tour, et est différent selon la catégorie.

finale-event8

La répartition des tâches entre les membres de l’équipe met encore une fois à l’épreuve la stratégie. En fonction des teammates plus à l’aise en Gym ou en Haltéro. On a vu notamment certaines équipes où le même binôme a fait toute la gym de tout le wod, tandis qu’un autre binôme faisait tous les cleans. Les WallBalls étaient également stratégiques car le poids était plus lourd que des WB classiques et surtout il y avait une seule cible pour l’équipe, placée hauteur homme ! Des Heavy High Wall Balls donc, qui ont donné du fil à retordre à beaucoup d’athlètes. Mais pas à la Team Catiwilex évidement, qui a fumé le wod en 12′ ! TheUnit fini second en 13’52, puis BigMac en 14’38.

La journée s’achève avec la remise des prix pour les 10 premières équipes, qui sont gâtées par les partenaires. Les athlètes finissent le weekend sur les rotules mais convaincus d’une chose : Teamwork makes the Dream work 😉

« J’ai kiffé mon équipe 😉 Les wods étaient géniaux ! Avec un vrai format pour les Teams, contrairement à d’autres compets. Des duo, à 4, seul, tout y était. Wod long, court, lourd, sprint,… rien n’était laissé au hasard !  » résume Jessica Vetter.

« Mes points positifs : beaucoup de monde c’était cool, le staff adorable, la communauté au top, des wods adaptés à chacun et accessibles à tous niveaux; un beau palmarès, de beaux cadeaux jusqu’à la 10ème place ! »

« Mes points négatifs: un village d’exposants au top mais pas assez mis en avant, peu de place dans la zone d’échauffement, et le combo contrôles anti-dopage+douanes moyen moyen… »

jessicavetter

 

Merci à WOD Event pour toute l’organisation, et à Alexia pour son super accueil !

Pour en savoir plus sur le Compex, retrouvez nos articles par ici et ici .

Credit photos : Alan Longer

Une réaction

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s